Tool to Team gif spinner
Carte Blanche

Flex-office : postulat de départ ou décision à l'arrivée ? 

Le concept de « bureau à temps partagé » est né chez les consultants, dans les années 90. L’objectif ? Optimiser le nombre de places en fonction du taux de présence des salariés. Si toutes les professions ne se prêtent pas à ce type d’aménagement, bien des entreprises y ont vu leur intérêt en termes d’optimisation des surfaces de bureaux. Évidemment, le télétravail qui s’est généralisé va renforcer la tendance du flex-office.

Ce qui est intéressant, c’est de voir que le « flex-office », comme son prédécesseur l’open-space, est devenu un repoussoir. Au point que certaines entreprises préfèrent lui donner d’autres noms pour éviter de braquer des salariés ou mettre sur le qui-vive leurs élus. 

Le flex-office reste un moyen … 

 S’il est devenu cet épouvantail, c’est en bonne partie parce qu’il est souvent considéré comme un postulat dans les projets d’aménagement. Chez Tool-To-Team, nous l’avons toujours considéré comme un moyen, parmi tant d’autres, pour répondre à des besoins.  

Voici comment les résidents d’un lieu, qui ne voulaient pas en entendre parler, ont finalement décidé de le mettre en place et en sont toujours très heureux. 

Un exemple réussi de flex office

Chez Michelin, sur le site des Carmes à Clermont-Ferrand, une entité a pour projet de rénover son plateau pour mieux répondre à de nouvelles façons de travailler. L’équipe Tool-To-Team accompagne ce collectif en s’assurant en amont que les résidents du plateau auront la possibilité de décider des aménagements à travers une équipe d’ambassadeurs et d’ambassadrices réunis en « équipe projet » et représentant l’ensemble des résidents. 

Puis, nous réalisons un travail de compréhension des usages grâce à un jeu inventé par Cyrielle Girod qui permet à chacun de raconter sa journée en faisant ressortir ce qui se passe bien et les difficultés rencontrées. 

… au service d’usages variés et temporaires 

De cette analyse, nous faisons ressortir que ce collectif a des usages variés et temporaires pendant une même journée. Mais des aménagements uniques pour y répondre.  

Concrètement ? Des personnes arrivent tôt le matin pour finir la présentation de leur copil de 9h. De 8h à 9h, elles saluent 70 personnes qui passent devant leur bureau. Pas question d’ignorer le bonjour d’un collègue ! Donc, le besoin d’un lieu calme, qui donne la certitude de ne pas être déranger entre en conflit avec le plus élémentaire savoir-vivre. 

Notre raisonnement est le suivant : pour répondre à des usages variés, il faut des aménagements variés. Pour qu’ils puissent être utilisés au moment où une personne en a besoin alors les postes doivent être partagés.  

Les ambassadeurs et les ambassadrices vont au contact de leur collègues pour soumettre cette idée et notre recommandation est de ne surtout pas forcer qui que ce soit.  

Finalement, bingo ! Les ambassadeurs et ambassadrices, qui ont bien compris l’intérêt de cette solution, ont réussi à convaincre 80% de leurs collègues en assurant aux 20% restants qu’ils conserveront un bureau fixe. 

Morale de cette histoire : quand le flex-office est un moyen au service d’usages variés et qu’il est consenti par celles et ceux qui le vivront, l’épouvantail se transforme en une fée « Opportunité ».

E.P.

Intéressé par le sujet ?Partagez-le avec votre communauté sur...
LinkedInTwitterFacebook
idée neuve : ampoule
Ce sujet vous passionne ?
Vous souhaitez en
discuter ?
Prenons contact Voir toutes nos références