Tool to Team gif spinner
Carte Blanche

Conduire le changement ou changer de conduite ?

Les aménagements d’espace de travail sont souvent associés avec un lot de conduite du changement. Mais que recouvre ce terme de « conduite du changement » ? N’est-il pas plus approprié de changer de conduite ?

Conduire le changement : quels risques et comment les contourner

L’idée principale est de s’assurer que, dans le cadre d’un changement, les personnes qui auront à le vivre comprennent ses finalités, se l’approprient et passent d’anciens modes de fonctionnement à de nouveaux. 

Par expérience, la conduite du changement s’apparente souvent à un effort de communication basé sur une analyse du risque humain. Les outils classiques du change sont basés sur une analyse des populations pour identifier celles qui résisteront au changement. C’est donc à ces populations que seront adressés les messages appuyés des communicants, incluant des phases de concertation où leur avis sera entendu. Mais rarement écouté.
En effet : dans les faits, les grands principes de la conception sont souvent arrêtés au moment où l’on recueille l’avis de ceux qui vivront le changement. C’est bien là que le bât blesse : ces processus de concertations sont vécus par les salariés comme de la manipulation. 

Conduire le changement : comment se l’approprier ?

La psychosociologie nous a appris qu’il y avait 3 conditions majeures pour que celles et ceux qui vivent un changement puissent se l’approprier :

  • Impliquer les personnes dans les décisions qui les concerneront
  • Impliquer les personnes dans la conception du changement à venir
  • Prévoir des marges de manœuvre dans la conception pour que les salariés puissent adapter la solution au plus près de leur réalité

Une histoire de coopération

Chez Tool-To-Team, nous n’accompagnons pas le changement : nous donnons à celles et ceux qui le vivront, la capacité de co-construire et de co-décider.

Co-décider revient à s’assurer au départ, que la gouvernance sera partagée et que les différents types de décisions seront prises par les acteurs les plus pertinents. Des décisions patrimoniales qui engagent la pérennité des bâtiments prises par les acteurs de l’immobilier. Des décisions d’organisation qui permettent de fixer les principes des aménagements en fonction des enjeux à venir seront prises par le management. Enfin, les décisions relatives aux aménagements seront prises par celles et ceux qui les habiteront demain.

Co-construire revient à imaginer des solutions qui partent des usages des salariés et qui prennent en compte leur réalité. Cette manière de concevoir évite les prises de position dogmatiques (du Flex-office pour tous !) et assure que les aménagements futurs seront utilisés à 100% ! Car oui, ils seront fondés sur un usage réel et non imaginé.

Quand Tool-To-Team anime la co-décision et la co-contrction avec les salariés, inutile les persuader de bien fondé du changement : c’est le leur. 

E.P.

Intéressé par le sujet ?Partagez-le avec votre communauté sur...
LinkedInTwitterFacebook
idée neuve : ampoule
Ce sujet vous passionne ?
Vous souhaitez en
discuter ?
Prenons contact Voir toutes nos références